Mars, le 12 septembre 2020

Les charmes de l'observation visuelle ; à défaut d'être précise, elle est très agréable. 

Mars, la planète aux plus fins détails toujours fugaces. D'autant quand l’œil n'a absolument pas travaillé pendant de nombreuses années derrière un télescope nouveau sans entraînement sidéral, qu'il faut apprendre à domestiquer. De plus, s'il s'agit de régions mineures autour des 80° du méridien central. Travail d'observation rendu de même assez difficile par des oculaires Plössl 58° en trou de serrure de vingt ans d'âge qui s’accordent mal à des observations prolongées à plus de 200x. Observer s'apprend, se réapprend ; en s'abaissant, on s'élève forcement. La remise en cause de certitudes fait partie de l'apprentissage, malgré le poids des années. Il n'y a que l'empirique qui compte au bout du chemin et cela dans la nécessité de raviver sans cesse la flamme de ce vieil amour de presque trente ans, bien qu'il ait connu sa pause pratique mais jamais psychique.

"Tant de mains pour transformer ce monde, et si peu de regards pour le contempler !" - Louis POIRIER (1910-2007)