L'année 2021

Je ne suis guère présent sur mon carnet de route astronomique depuis tout simplement une année car mon actualité personnelle, en dehors de l'astronomie tout comme de la photographie, est réellement pléthorique. Les deux grands domaines de vie (l'intime comme le professionnel) sont particulièrement remués par l'événementiel. Ce ne sont pas les actualités astronomiques qui manquent à l'année 2021 à en parcourir simplement mon fil Twitter au cours de l'année qui vient de s'écouler (l'aventure de six mois de Thomas Pesquet dans l'ISS en tête). J'aurai largement eu de quoi faire quelques billets dans l'année, histoire de meubler le carnet mais la tête du passionné en presque tout était ailleurs. Vivre heureux exigeant que nous vivions fondamentalement plutôt cachés pour se soustraire au voyeurisme, j'essaierai d'y aller par le délicat exercice dans ce billet de parvenir à en faire comprendre le maximum sur le ton de l'anecdote, en dévoilant toutefois assez concrètement le minimum afin de pouvoir expliquer le plus simplement cette année 2021 personnelle particulièrement riche, même si rien ne semble le transparaître vraiment, pouvant expliquer ma disparition dans la plupart de mes plates-formes d'expression habituelle. 

Ne pas oublier trop vite tout d'abord que l'année 2021 fut un remake assez désastreux de l'année précédente quant à son ouverture sur un troisième confinement "soft" après Noël jusqu'au mois de mai durant lequel, la limite des 10 km tombant, je pus enfin nouvellement me "déconfiner" astronomiquement, le temps d'une belle opportunité, le 19 mai, sous la lueur d'une lune à l'altitude confortable. Le smartphone relayé au rang de simple utilitaire de navigation dans le ciel au profit de mon vieux NIKON COOLPIX P7100 de 2012, ce sera sans aucun doute sauf surprise de dernière minute, mon seul souvenir astronomique de 2021.

Mais l'essentiel de ma démarche reste ailleurs : Participer à la science par le simple fait de financer la culture pour lutter contre toute forme d'obscurantisme, d'actualités volontairement faussées ou incomplètes par mon appartenance à des associations faisant office de défenseurs indiscutables de ce besoin d'exactitude, de transmission et par delà même, d'humanisme. Comme dans beaucoup de combats, pour le bien comme pour le mal, parfois une différence justement qui peut devenir beaucoup moins évidente, très poreuse en certains enjeux ; l'argent est une arme, aussi minime soit la somme que vous puissiez mettre dedans. La modestie a pris largement le pas dans ma façon de concevoir la finalité et l'heure n'est plus aujourd'hui à me démarquer de la foule mais juste de satisfaire quelques jours/nuits de simples observations ou questionnements par an dans l'anonymat.

Aussi, l'année 2021 se résumera juste à trois observations nocturnes et point de planétaire étant donné que les gazeuses demeurent bien trop basses pour l'horizon Sud privatif plutôt encombré sur les 28 premiers degrés d'altitude que je puisse bénéficier dans la balance des négociations avec le ciel. Toutefois, je ne saurais me sentir frustré ou déçu de cette saison annuelle bien maigre quand nos proches conservent la santé et que sur la pente déclinante de l'été, nous puissions voir scintiller l'alliance à notre doigt un jour de soleil particulièrement inattendu, après bien des mois d'un préparatif stressant. Et comme tout changement de situation de cette envergure n'est jamais sans conséquences, l'effet domino d'une fin d'année riche en procédures administratives ne sauraient contraster de beaucoup avec le niveau d'engagement, de pressions comme d'exigences qualitatives quant au respect de volets réglementaires d'une expertise pour un groupe depuis maintenant 14 ans.

"Tant de mains pour transformer ce monde, et si peu de regards pour le contempler !" - Louis POIRIER (1910-2007)