Programme annuel


L'année 2020 fut particulière. L'année 2021 épouse la même tendance avec une situation sanitaire qui continue à paralyser les clubs, les sociétés d'astronomie, tout comme les astronomes réellement itinérants qui ne possèdent même pas un balcon pour narguer les confinements, ni même le couvre-feu instauré depuis des mois et qui doit normalement cesser le 30 juin. Cette année, c'est tardivement, seulement ce 18 mai 2021 que l'auteur tente de dresser les pourtours d'un hypothétique programme "annuel" dans le cadre d'une année résolument déjà entamée à presque 50%. 

Depuis un retour de l'auteur à l'astronomie fin 2019, tous les espoirs étaient permis, jusqu'à ce que la situation sanitaire mondiale vienne complètement les perturber, avec tout de même cette fois-ci pour 2021, un nouveau déconfinement assez prévisible tout en lenteur à la hauteur même des nouvelles restrictions en vigueur depuis fin octobre 2020. Contrairement à 2020 qui avait été perçue particulièrement engageante et dont la crise du Covid 19 s'invita comme une totale surprise ; il était possible sans se tromper d'esquisser d'emblée ce à quoi allait sans aucun doute ressembler 2021. On ironisera donc avec humour bien conservé sur l'occasion d'autant plus appuyée, de circonstances pour l'auteur, d'une reprise très progressive de l'astronomie comme d'une acclimatation tout en douceur à son nouveau matériel, comme à de nouveaux milieux associatifs pour la pratique de ses travaux.

Situation solaire

L'activité de notre soleil varie constamment selon une période moyenne de 11 ans.
Au creux de cette activité, les taches solaires se raréfient considérablement.
L'année 2020 avait marqué avec 2019, le minimum d'activité de notre étoile.
271 jours se seront révélés vierges de taches solaires au cours de l'année 2019.
L'auteur n'avait donc pas porté d'importance à cette étoile endormie en 2020.

Depuis le début de 2021, les choses sont pourtant en train de changer assez sensiblement. Un regain d'activité qui marque l'enclenchement d'une nouvelle marche (25ème cycle depuis 1755) vers un maxima qui doit être atteint autour de juillet 2025.

Le retour de l'observation visuelle comme photographique du soleil devrait marquer cette année 2021.
Avec ce retour de l'astronomie de jour, la crise sanitaire sera sans doute beaucoup moins dure à encaisser pour les astronomes itinérants car une pratique s’accommodant parfaitement d'un nouveau couvre-feu éventuel, pour peu que les déplacements en journée demeurent autorisés dans un cercle de 10 km dans le cadre d'une énième vague épidémique.

Situation pour Vénus

Retour de Vénus dans le ciel du soir en ce mois de mai 2021.
Elle restera toutefois très basse au crépuscule (10-12°) et difficile à observer cet été.
Vénus restera donc une cible difficile jusqu'à la fin de l'année avec une durée de visibilité inférieure à deux heures.

Situation pour Mars

Mars fut l'événement de l'année 2020.
Cette année, point de Mars à observer avec son diamètre apparent ridicule.
Quant aux futures oppositions jusqu'en 2033, elles ne seront pas favorables.

Situation pour Jupiter et Saturne

Elles furent peu hautes sur l'horizon en 2020, ce qui représenta des difficultés d'observation. En 2021, l'altitude en milieu de nuit reste faible, bien que les deux géantes qui "remontent" dans le zodiaque gagnent autour de dix degrés de hauteur par rapport à l'année précédente. Pour Saturne, les anneaux poursuivent leur cycle de fermeture mais ils restent encore bien ouverts (moy.18°).

Jupiter passera à l'opposition, le 14 juillet.
Saturne passera à l'opposition, le 20 juillet.


"Tant de mains pour transformer ce monde, et si peu de regards pour le contempler !" - Louis POIRIER (1910-2007)