Perspectives jusqu'en 2025


Quelles perspectives d'observations planétaires d'ici 2025 ?

Les années 2020 à 2022 furent des années paralysantes pour les clubs, les sociétés d'astronomie, tout comme les astronomes réellement itinérants. Cette année 2022, la disparition tardive du pass vaccinal (mars) puis sanitaire (août) dressent les pourtours de possibilités nouvelles quant à l'exécution mieux suivie de programmes d'observation. On ironisera avec humour bien conservé sur l'occasion d'autant plus appuyée de circonstances pour l'auteur, d'une reprise très progressive de l'astronomie comme d'une acclimatation tout en douceur à son nouveau matériel comme à de nouveaux milieux associatifs pour la pratique de ses travaux.

Situation solaire

L'activité de notre soleil varie constamment selon une période moyenne de 11 ans.
Au creux de cette activité, les taches solaires se raréfient considérablement.
L'année 2020 avait marqué avec 2019, le minimum d'activité de notre étoile.
271 jours se seront révélés vierges de taches solaires au cours de l'année 2019.

Depuis le début de 2021, l'activité a changé assez sensiblement avec un regain d'activité qui a marqué l'enclenchement d'une nouvelle marche (25ème cycle depuis 1755) vers un maxima qui doit être atteint autour de juillet 2025, signalant le retour à l'observation visuelle comme photographique très régulière du soleil pour 6 ans (2028).

Situation pour Mars

Mars fut l'événement de l'année 2020 pour son diamètre apparent respectable. 
Elle est de retour tous les deux ans (26 mois environ exactement).
Elle sera nouvellement une cible pour 2022 et 2024, bien que de diamètres apparents bien moindres.
Toutes les futures oppositions jusqu'en 2033 ne seront pas favorables.

Situation pour Jupiter et Saturne

Elles furent peu hautes sur l'horizon en 2020, ce qui représenta des difficultés d'observation. En 2021, l'altitude en milieu de nuit restait faible, bien que les deux géantes qui "remontent" dans le zodiaque gagnaient autour de dix degrés de hauteur par rapport à l'année précédente. Jupiter en 2022 a commencé déjà à redevenir une cible très intéressante en atteignant les 40° d'altitude. En 2023, il aura grimpé à 56° d'altitude. En 2024, ce sera 63°. En 2025, ce sera 62°. La pleine période phare pour s'intéresser à Jupiter, même avec des horizons "difficiles" qui s'étendra jusqu'en 2028 (39°). Pour Saturne, les anneaux poursuivent inexorablement leur cycle de fermeture (le 31/12/2023, l'ouverture sera inférieure à 8°). Elle peinera encore à monter dans le ciel pour se dégager de l'horizon dans les années à venir (28° en 2023, 33° en 2024, 38° en 2025, enfin 43° en 2026)...Tandis que 2025 sonnera le passage dans le plan des anneaux avec l'impression virtuelle qu'ils semblent avoir disparus !

Quoi d'autre d'ici 2025 ?

On l'espère toujours : L'opportunité d'une fenêtre temporelle d'observation compatible avec quelques évènements astronomiques majeurs ou quelques objets éphémères mineurs à se mettre sur la dent pour pigmenter le programme planétaire. Pas toujours facile de tous les anticiper à l'avance sur plusieurs années. Néanmoins, on peut déjà noter :
  • L'intérêt que pourrait représenter l'observation de la comète C/2022 E3 (ZTF) début 2023 (février)
"Tant de mains pour transformer ce monde, et si peu de regards pour le contempler !" - Louis POIRIER (1910-2007)